Démarrez grunt depuis Brackets

Démarrez grunt depuis Brackets

Comme vous le savez, j’utilise l’éditeur Brackets et les outils de Yeoman, notamment Grunt, pour le développement d’applications Web. Ainsi, pour démarrer une tâche Grunt, j’avais besoin d’une console ouverte, dans le bon dossier et de jongler entre les fenêtres de l’éditeur, du navigateur et de la console.

Mais ça c’était avant.

Le problème

Comme je le disais en introduction, pendant le développement avec Brackets, pour démarrer une tâche de grunt, comme par exemple grunt serve ou grunt build, il est nécessaire d’avoir une console ouverte, de se déplacer dans le répertoire du projet, et seulement à ce moment là il est possible de démarrer la commande.

L’extension Command Runner propose une solution pour démarrer des commandes, liées à Grunt ou non, depuis le menu ou par un raccourci clavier.

Mise en place de Command Runner

Après avoir installé l’extension depuis le gestionnaire, il reste à la configurer.

Chaque projet peut avoir sa liste de commandes. Pour cela, il faut créer un fichier nommé cmdrunner.json à la racine du projet.

Ce fichier doit décrire les différentes commandes. Par exemple :

[
  {
    "label": "grunt serve",
    "cmd": "grunt serve",
    "key": "F9",
    "args": []
  },
  {
    "label": "grunt jshint",
    "cmd": "grunt jshint",
    "key": "F8",
    "args": []
  },
  {
    "label": "grunt build",
    "cmd": "grunt build",
    "key": "F7",
    "args": []
  }
]

Ces commandes apparaissent dans le menu Commands de Brackets et peuvent être démarrés par le raccourci défini.

Elles peuvent également être démarrées par le menu de démarrage rapide (celui lancé avec ctrl+shift+O) et en commençant la saisie par #.

Démarrez grunt depuis Brackets : démarrage rapide des tâches
Le démarrage rapide
Les commandes sont démarrées à la racine du projet, quel que soit le fichier en cours, ce qui est idéal pour les outils de Yeoman, mais aussi pour git et la plupart des outils Node.js.

Jetez un oeil à la page de l’extension pour pour plus de détails sur les paramètres, mais aussi ceux dont je n’ai pas parlé ici, comme l’affichage ou non de la fenêtre de log, l’ajout de paramètres dynamiques à la commande ou la manière d’arrêter la commande.

Il est également possible de créer un jeu de commandes pour git, ou mieux (ou pas) : démarrer ungit, l’outil de gestion graphique dans le navigateur, en ajoutant cette commande à la liste :

{
  "label": "Démarrer ungit",
  "cmd": "ungit",
  "key": "F6",
  "args": []
}

Le résultat

Avec la console affichée, et grunt serve démarré, les erreurs JavaScript, l’état du préprocesseur CSS, les résultats des tests, … sont visibles directement dans la fenêtre de log.

Démarrez grunt depuis Brackets : la fenêtre de log
Le résultat avec grunt serve
Plus besoin de jongler entre la console, le navigateur et Brackets, ici les erreurs JavaScript sont visibles directement.

Quelques limitations

L’extension est encore jeune, et souffre de quelques limitations. Par exemple, la commande kill ne fonctionne pas très bien sur Windows, mais ça devrait venir.

Aussi, mais cet inconvénient n’en est pas vraiment un, comme ce n’est pas le but de l’extension : il n’est pas possible de démarrer plusieurs commandes à la fois. Cette fonctionnalité pourrait être pratique, mais ce serait plutôt le but d’une autre extension que je n’ai pas encore essayée : Brackets Terminal. Je vous en reparlerai peut-être.

Le mot de la fin

Une fois essayé, Command runner devient vite indispensable.

Cet article vous a été utile ? Partage it !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Si vous le souhaitez, renseignez le champ 'Nom' de cette façon : 'VotreNom@VotreMotClef' pour obtenir une ancre optimisée pour les moteurs de recherche.